Le nucléaire est marginal et déclinant

Publié le par Stéphane Lhomme

 

 

Réseau Sortir du Nucléaire

 

 

Fédération de 765 associations

 

 

9 rue Dumenge, 69004  LYON

 

 

Tél. 04 78 28 29 22 Fax 04 72 07 70 04

 

 

www.sortirdunucleaire.org

 

 

                                                                                                                                                                              

 

 

 

 

 

Article de Paul burel - Ouest-France du 10/01/07 – En guise de droit de réponse citoyen :

 

 

 

 

 

Le nucléaire est marginal et déclinant

Il n'y a pas de "grand retour" du nucléaire

 

Comme un certain nombre de ses collègues journalistes, M. Burel a pris pour argent comptant les effets d'annonce des industriels du nucléaire, relayés par la Commission européenne. Ainsi, le nucléaire ferait son "grand retour". Non seulement ce n'est pas le cas, mais... la réalité est exactement inverse (*).

 

 

 

Ce 1er janvier 2007, pas moins de sept réacteurs ont définitivement cessé de fonctionner en Europe, atteints par la limite d'âge ou devenus trop dangereux : deux à Dungeness et deux à Sizewell (Angleterre), deux à Kozlodoui (Bulgarie), et un à Bohunice (Slovaquie). Il ne s'agit là que des prémices d'un déclin inexorable que l'industrie nucléaire mondiale, au mieux, va tenter de limiter.


Ainsi, le 10 novembre 2006, Claude Mandil, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a déclaré : "la tâche principale de l'industrie nucléaire dans les années à venir sera de remplacer les centrales existantes qui auront atteint leur fin de vie. Cela signifie qu'on aura besoin de nombreuses centrales sans pour autant augmenter la part du nucléaire dans la production d'électricité."

 

 

 

Et encore, il s'agit d'une formulation diplomatique de la part de M. Mandil, mieux placé que quiconque pour savoir que c'est la déclin qui attend le nucléaire : la seule chose qui soit certaine est la fermeture, d'ici 2025, d'environ 250 réacteurs nucléaires sur les 435 en fonctionnement actuellement sur la planète. Et la fermeture des autres arrivera dans les deux décennies suivantes.

 

 

 

M Burel et les tenants du nucléaire tentent de se rassurer en utilisant la méthode coué : on dénombrerait ainsi "222 projets de constructions de réacteurs". Il s'agit d'une pauvre compilation d'effets d'annonce, la plupart du temps faits par des représentants locaux de l'industrie nucléaire.

 

 

 

Le nucléaire permettrait de lutter contre le réchauffement climatique ? Le rapport "Facteur 4", remis au gouvernement français en octobre dernier, explique que "l'énergie nucléaire représente 2 % de l'énergie finale dans le monde" et pointe "l'apport finalement marginal du nucléaire" dans la lutte contre l'effet de serre.

 

 

 

Le prix de l'électricité d'origine nucléaire deviendrait compétitif ? Les britanique n'en finissent plus de réévaluer la facture du démantèlement de leurs installations, passée de 70 à 104 milliards d'euros en quelques semaines. Pour la France, on peut multiplier ce total par trois ou quatre : explosif !

 

 

 

L'atome surferait sur la vague écologiste et l'opinion y serait favorable ? La Commission européenne est restée bien discrète sur le sondage qu'elle vient elle-même de commander et qui montre que seulement 20% des européens (et 21% des français) sont favorables au nucléaire.

 

 

 

La France serait un "expert" reconnu ? Areva n'arrive même pas à construire le seul réacteur qu'elle ait réussi à vendre, l'EPR en Finlande : au moins 3 ans de retard et 1 milliard d'euros de pénalités. En attendant pire.

 

 

 

Le changement climatique et la montée du prix de l'énergie sont de vrais problèmes... mais le nucléaire, marginal et déclinant, est totalement incapable d'y répondre. Il ajoute par contre ses propres tares : risques de catastrophes, déchets radioactifs, prolifération vers la bombe atomique. Pour sauver la planète, il faut certes lutter contre le changement climatique, mais aussi sortir au plus vite du nucléaire. On ne soigne pas la peste avec le choléra...

 

 

 

Stéphane Lhomme (06 64 100 333)

 

 

Alain Rivat (06 67 67 27 74)
Portes-parole du Réseau "Sortir du nucléaire"

 

 

 

(*) Illustration à travers quelques exemples :

- Grande-Bretagne
22 des 23 réacteurs actuels seront fermés en 2023. Certes, M. Blair annonce des projets de nouvelles centrales, mais il est un des seuls à soutenir cette idée, face à une opinion publique qui y est très défavorable. Qui plus est, M. Blair a annoncé que les éventuelles nouvelles centrales devraient être construites par des entreprises privées... sans subventions de l'Etat. Or, le nucléaire ne s'est développé que lorsque des Etats lui ont consacré d'immenses sommes d'argent public (sans jamais demander leurs avis aux citoyens, mais cela est encore un autre débat). Il est vraisemblable que, vers 2020, le nucléaire représentera moins de 1% de l'énergie consommée en Grande-Bretagne.

- Russie
Vladimir Poutine annonce de nombreux nouveaux réacteurs nucléaires, mais il est bien moins loquace concernant la fermeture prochaine des 31 réacteurs actuels : "Tous nos réacteurs (opérationnels) s'éteindront dans dix ans. Pour éviter le "gel" du secteur nucléaire civil, il nous aurait fallu construire 1,5 réacteur par an depuis longtemps" a expliqué un membre d'une délégation du Kremlin en visite aux USA (cf dépêche de l'agence RIA Novosti du 7 décembre 2006).

- Europe centrale
Les quelques vingt réacteurs nucléaires de ces pays, pour la plupart anciens et de technologie soviétique, sont promis à une fermeture prochaine. Les pays Baltes et la Pologne se sont associés pour essayer de construire un réacteur nucléaire. Loin d'être un élément du supposé "grand retour" du nucléaire, ce projet vise seulement à essayer de compenser la fermeture avant 2009 du second réacteur d'Ignalina (Lituanie), le premier étant... déjà fermé.

- USA
Aucune commande de réacteur n'a eu lieu depuis l'accident nucléaire de Three Mile Island (1979). Depuis, la durée de vie des 103 réacteurs en activité est régulièrement prolongée (jusqu'à 60 ans pour certains), augmentant considérablement le risque d'accident. Le Président Bush a certes signé en juin 2005 des dispositions pour attribuer de fortes sommes publiques aux compagnies privées qui construiraient des réacteurs nucléaires, mais aucun projet ne semble se concrétiser et le processus pourrait être remis en cause du fait de l'alternance du pouvoir avec les Démocrates. Et, même si certains projets se réalisaient , ils seraient très loin de compenser la véritable bérézina qui frappera l'industrie nucléaire des USA lorsque les vieux réacteurs fermeront enfin. (Il faut espérer que ce ne soit pas après une catastrophe nucléaire).

- Asie
C'est dans cette région du monde que les projets semblent (hélas) les plus sérieux. Ainsi, la Chine est parfois annoncée comme "le nouvel eldorado" du nucléaire parce qu'elle entend construire 30, et peut-être 40 nouveaux réacteurs. Rien ne permet de penser qu'ils seront tous construits (tant les investissements financiers nécessaires sont immenses) mais, même si c'est le cas, la Chine produira alors "royalement" 4% de son électricité avec le nucléaire, soit 0,7% de sa consommation d'énergie. De même, les projets annoncés en Inde, une vingtaine de réacteurs, permettraient à peine à ce pays de couvrir environ 5% de son électricité (1% de sa consommation d'énergie).
Le parc nucléaire japonais, le troisième au monde après les USA et la France, connait de graves problèmes de sûreté, 17 réacteurs ayant même été fermés d'un coup (pour plusieurs mois) en 2003 du fait de la falsification par les exploitants de rapports de sûreté alarmants. L'opinion publique a été très marquée par ce scandale mais aussi par l'accident de Tokaï-Mura en 1999, qui a causé la mort de trois travailleurs et irradié des centaines d'habitants.

- Amérique du Sud
Le Brésil, où ne fonctionnent que deux réacteurs, en annonce 5 nouveaux, mais il est d'abord confronté au problème d'Angra3, réacteur resté en pièces détachées depuis... 20 ans. Idem pour l'Argentine (où fonctionnent aussi deux réacteurs) qui a annoncé en août 2006 un plan nucléaire dont le premier objectif est de terminer la construction du réacteur Atucha 2, commencée... en 1981.

- Dictatures
Ici ou là, des dictateurs pensent se donner du prestige en annonçant la construction d'un réacteur nucléaire. C'est le cas de Kadhafi (Libye), Loukachenko (Biélorussie, pays toujours contaminé par la catastrophe de Tchernobyl) ou de l'Egypte où le fils de Moubarak a le soutien des USA pour la construction d'un réacteur. La Corée du Nord et l'Iran ont chacun un programme nucléaire pour lequel la production d'électricité reste virtuelle, l'objectif étant l'accès à l'arme atomique. En résumé, beaucoup d'annonces pour... fort peu d'électricité.

- Allemagne / Suède
On peut lire ici où là que le plan de sortie du nucléaire en Allemagne serait remis en cause. Ce n'est pour le moment pas le cas mais, de toute façon, le pire qui soit envisagé est de ne pas fermer les réacteurs de façon anticipée. En aucun cas la construction de nouveaux réacteurs n'est envisagée : le nucléaire est de toute façon promis à la disparition en Allemagne. La situation est identique en Suède où la fermeture des 10 réacteurs actuels a été décidée en 1980. Ce plan traîne certes en longueur mais, là aussi, aucun nouveau réacteur n'est prévu et le nucléaire va de toute façon disparaitre. Notons aussi qu'un accident, potentiellement très grave, a été frôlé le 25 juille dernier à la centrale de Forsmark.

 

 

 

- Finlande / France

Ces deux pays portent les espoirs de l'industrie nucléaire en Europe : ils souhaitent construire chacun... un réacteur, l'EPR du français Areva. Une fois de plus, rien à voir avec un "grand retour" du nucléaire. D'autant que le chantier finlandais, le seul à être lancé, est un véritable calvaire : 18 mois de retard officiellement, au moins trois ans en réalité. Le constructeur Areva perdrait dans l'affaire près d'un milliard d'euros. Qui plus est, l'EPR a été refusé le 16 décembre dernier par les chinois à l'occasion ce qui était présenté comme le "contrat du siècle", la construction de quatre réacteurs. De fait, on ne saurait trop conseiller à la France de renoncer à construire l'EPR prévu à Flamanville (Manche), et d'en reverser le financement vers les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

 

Commenter cet article

Justin 19/10/2007 01:01

En france, les réacteurs nucléaires fonctionnent seulement 263 jours par an en moyenne, sur la base du régime nominal.
Ils fournissent 72 % de l\\\'électricité qu\\\'ils pourraient fournir s\\\'ils étaient utilisés à leur pleine capacité. Lire http://futura24.site.voila.fr/futura01/nucle_react_france.htm
Les calculs de coût de l\\\'électricité nucléaire sont faussés car ils sont basés sur une utilisation à 90%.
Pour sa part, le prix de l\\\'uranium a très fortement augmenté en 4 ans. Ainsi, il ne représente pas à ce jour 5% du coût de production de l\\\'électricité nucléaire 30 à 40%.
Une fois les contrats à long terme en phase avec les nouveaux prix à court terme, l\\\'électricité nous coûtera beaucoup plus che, 50% environ.